Panait

MERCREDI 23 MAI 2012 – 20H30 à la Maison Folie de Wazemmes à Lille dans le cadre du Festival Wazemmes l'Accordéon

Lecture avec LOIC LANTOINE, SARAH LECARPENTIER & MATTHIEU HA sur une adaptation de Pierre-Yves Hurtevent suivie d'un « salep » et d'un concert de musique traditionnelle Roumaine (chant accordéon et cymbalum)

«Je ne croirai à un meilleur avenir que le jour où la révolution sera faite sous le signe de l'enfance.»

Écrivain roumain de langue française, Panaït ISTRATI (1884-1935) a beaucoup écrit sur les Haïdouks, ces bandits d'honneurs qui résistèrent en Roumanie à l'oppression turque et grecque au milieu du 19ème siècle. Istrati est de ces hommes qu'on ne peut oublier quand on les a rencontrés ne serait-ce, ou surtout, sous forme de livres. Chez cet aventurier de la misère, la littérature est espoir et force de vie. Venant de Roumanie comme Ionesco, Istrati nous réconcilierait s'il en était besoin avec ce pays frère en latinité, perdu de l'autre coté de l'Europe. Célébrant l'audace et la liberté à travers ses héros, Panaït Istrati n'a de cesse de clamer à la face du ciel une pouilleuse et princière insoumission.

« Dans la fourmilière humaine, il y a des hommes qui n'ont pas assez de leur propre vie, de leur sourance, de leur bonheur, et qui se sentent vivre toutes les vies de la terre ; mille béatitudes n'empêchent pas d'entendre un gémissement ; mille douleurs ne peuvent les priver d'une seule joie. Ce sont les hommes-échos : tout résonne en eux ! Il entendent, la nuit, le cri de la chair humaine mordue par la férocité du plaisir ; le jour, ils sursautent avec tous les corps entaillés par la bestiale peine du travail qu'on n'aime pas. Je suis un de ces hommes-là : je suis un haïdouc ! »

ENTRÉE LIBRE