La naissance de la notion de Musiques du Monde

Attacafa voit se créer le début de l'intérêt pour les musiques du monde, mouvement qui, jusqu'à nos jours, peine à se retrouver dans toutes les appelations fourre-tout. On parlera à l'époque de «world music» qui a tendance à regrouper tous les courants musicaux contenant des composantes dites «ethniques». Les journalistes d'Actuel et de Radio Nova parleront dans les années 80 de «sono mondial» pour décrire la mondialisation du patrimoine musical et le métissage des influences.

ATTACAFA - Un objectif associatif toujours d'actualité

Oeuvrer pour une meilleure compréhension entre des individus d'origines différentes qu'elles soient sociales, culturelles, religieuses. Un objectif inépuisable et à géométrie variable puisqu'il s'adresse aussi bien aux citoyens français issus ou non de l'immigration, qu'aux artistes venant se produire en France.

Il va de soi que cette perception n'est jamais figée et est en perpétuelle évolution en regard des contextes politiques et culturels à travers le monde.

ATTACAFA – Une identité fidèle

Dès le début la création de l'association, un principe de base de notre travail a été de ne jamais travailler seul. Ne considérer notre action artistique comme un lien de solidarité concrète et ne se positionner que comme un relais est depuis toujours notre véritable atout.

Nous refusons les stéréotypes et travaillons activement à désegmenter une population qui ne tient pas dans les cases marketing qu'on lui attribue. Une Attacafa qui sait s'adapter aux mutations et mobiliser avec autant de diversité nos partenaires comme nos publics.

                                Danse_Indienne__2_.jpg

ATTACAFA doit à Bouchaïb MIFTAH, le directeur depuis 25 ans, son implication dès la création de l'association envers ce qu'il est convenu d'appeler les Cultures du Monde. Un intérêt personnel, nourri d'expériences et de rencontres multiples dans le monde, en ont fait un ambassadeur convaincu de la richesse de la diversité culturelle des peuples du Monde.

Fort d'une culture maternelle marocaine et d'un intérêt croissant pour la richesse des formes musicales et artistiques des minorités dans le monde, Bouchaïb Miftah oriente le travail de l'association vers une programmation artistique d'artistes contemporains mais préservant le patrimoine et les musiques traditionnelles. Il évacue du même coup toute notion folklorisante, toute programmation dite de «fusion» et la musique pop européenne qui utilise les influences du tiers-monde et des musiques traditionnelles.

Pour mener à bien l'objectif associatif, trois axes seront défendus dans le cadre du projet artistique dès la création de l'association :

  • La reconnaissance et la visibilité des cultures tradtionnelles par leur présence dans les lieux culturels institutionnels jusqu'ici consacrés à la diffusion des formes « classique » et de culture européenne.
  • Convaincu que la musique occupe une fonction sociale importante au sein de toute société, Attacafa fera de cette conviction la matière première de chacune de ses actions en intégrant systématiquement des formes culturelles et musicales traditionnelles pour toutes les actions envers les communautés présentes sur le territoire concerné et grâce à ce médium, faire se croiser les individus et les cultures.
  • La création du principe de Scène Universelle Nomade permettant un travail sur tout un territoire avec un réseau qui adhère au concept.


A travers ces trois axes, c'est toute l'action d'Attacafa qui est synthétisée.




Il est presque impossible de citer toutes les actions qui ont été menées en 25 années de travail, mais toutes ont eu pour but :



  • d'aller à la rencontre des gens,
  • de créer des projets en lien étroit avec les populations locales de tous horizons,
  • de créer des passerelles et des liens entre les individus
  • de miser sur des prises de risques en terme de choix de programmation et d'exigence artistique
  • revendiquer une programmation axée sur la découverte et ne tombant jamais dans le piège de la facilité

Crédit photo : NJ